Starters

Home / Veille / Starters

Se tenir informé pour réussir son projet

Vous trouverez ci-dessous une sélection d’articles qui d’après moi doivent intéresser des personnes qui réfléchissent à lancer leur activité.
Pour chaque article, je vous ai mis un résumé, ainsi que mon avis personnel sur la question.
Si vous souhaitez approfondir une de ces thématiques, n’hésitez pas à me contacter! Je peux venir vous en parler sous forme d’une simple discussion, mais je peux également mettre sur pied une formation ou une conférence qui traiterait du sujet!

  • The freelancer and the entrepreneur

    Extrait
    Indépendant ou Entrepreneur? D'après l'auteur, ces deux notions souvent utilisées l'une pour l'autre et pourtant elle sont différentes. Un indépendant est quelqu'un qui est payé pour son travail. Il facture à l'heure ou au projet. Son savoir-faire est souvent la clé de voûte de l'activité. Un entrepreneur est quelqu'un qui utilise de l'argent (si possible pas le sien) pour construire un business qui va au-delà de sa personne. L'activité tourne même s'il n'es pas présent ou disponible. Et dans la plupart des cas, ils ne devraient ni l'un ni l'autre changer de casquette.
    Mon avis

    L’auteur va probablement un peu loin dans sa séparation des rôles, il y a des indépendants qui arrivent très bien à faire grandir leur activité et à en faire un business qui tourne même sans eux.

    Mais d’un autre coté, j’ai déjà rencontré des indépendants qui ont tenté l’aventure de la croissance, ont engagé des employés, loué des bureaux, … Et qui finalement ont tout fermé pour recommencer à travailler seul …

    Il faut donc bien se connaitre et savoir à la fois ce qu’on veut et ce sont on est capable …

  • Yes, you should write a fucking business plan.

    Extrait
    Les Business Plan n'ont pas la cote aujourd'hui, surtout dans le monde des Startups. Des outils comme le Business Model Canvas ou le Lean Startup semblent les en éloigner. Mais l'objectif d'un Business Plan est de donner à chacun impliqué dans une entreprise, un document clair qui leur permet de savoir s'ils ont gagné ou perdu, grandi ou stagné, ont atteint ou manqué leurs objectifs. Il ne doit pas nécessairement etre très long, ni compliqué. Mais doit au minimum donner les informations suivantes : Quel est votre produit, ce qu'il fait et pourquoi Votre stratégie pour amener ce produit dans le marché Des détails sur votre modèle de revenu( Business Model) Les Objectifs et Milestones à atteindre La méthode utilisée pour savoir si vous vous plantez Une description de vos clients et de votre marché Vos besoins financiers
    Mon avis

    Je le répète souvent avoir un document qui décrit

    • Qui on est,
    • Où on va, et
    • Ce qu’il y a lieu de mettre en place pour y arriver

    et qui est disponible à l’ensemble du personnel, est la clé de la réussite!

  • Les 7 causes principales de l’échec des jeunes entreprises

    Extrait
    Vouloir (s'acharner à) vendre quelque chose que personne ne veut acheter Penser que l'argent, c'est secondaire Négliger les clients Mal s'associer, mal recruter, mal s'entourer Manquer de focus Passer plus (trop) de temps avec les investisseurs qu'avec les clients Dépenser trop d'argent, trop tôt
    Mon avis

    Ces conseils semblent évidents et pourtant les études et l’expérience des coaches en accompagnement à la création d’entreprise continuent à en faire état.

    Parmi ceux-ci, les trois les plus importants pour moi seraient :

    • avoir un produit qui répond à un réel besoin. Vouloir se faire plaisir c’est bien, faire plaisir aux autres c’est rentable!
    • s’assurer que la manière dont on délivre respecte les attentes du client. Un client satisfait parlera (peut-être) de vous, un insatisfait le fera surement!
    • négliger l’aspect financier. Même si cela ne doit pas devenir une obsession qui vous empêche de dormir!
  • La grande panne de l’emploi. (Jean-Marc Vittori sur LesEchos.fr)

    Extrait
    L'auteur nous montre d'abord comment depuis le début du 20ème siècle, chaque avancée technologique (les machines, l'industrialisation, l'informatique, ...) a, à chaque fois, fait prédire à la mise au chomage d'une grande partie de la population, mais qu'au final la catastrophe annoncée n'a pas tout à fait eu lieu Depuis le début du 21ème siècle, les avancées technologique ont poussé plusieurs chercheurs à rendre des rapports prédisant à nouveau une mise au chômage de la population. Mais cette fois-ci, d’autres études montrent que "l’économie ne finirait pas par créer de nouveaux emplois, comme elle l’a fait jusque là"! Pourquoi? Et bien tout d'abord, parce que le changement va plus vite et qu'il faut moins de temps à une technologie pour toucher la majorité de la planète. Ensuite, parce que seul une partie de la population profite réellement des fruits de ces changements technologiques. Il y aurait donc lieu de prévoir de nouvelles manières d'organiser la société (crédit d’impôt, travail partagé, ...). Mais l'auteur donne une autre grille de lecture du phénomène : « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas » On voit bien les emplois qui disparaissent, mais on ne voit pas le travail qui va se créer. Tout simplement parce qu'il prendra des formes qui nous sont complètement étrangères aujourd'hui!
    Mon avis

    On ne peut pas nier que beaucoup d’emplois vont disparaître, et il faut s’y préparer en se formant et en permettant à nos enfants de s’y former. Et pour cela, il faudra garder les yeux et les esprits ouverts à ces nouvelles pratiques qui vont apparaître dans les années à venir.

  • Phénomène : une folle envie de ralentir

    Extrait
    La "slow life" semble faire de plus en plus d'adeptes, même au sein de cadres supérieurs et de direction qui quittent leur position 'confortable' pour ralentir et retrouver un rythme de vie moins stressant. Mais quels seront les conséquences sur notre économies? Ou la question doit-elle se poser dans l'autre sens? "Nous sommes en train de prendre conscience que nous ne sortirons pas de la crise économique, qu’elle est là pour durer. L’individu doit s’adapter à la nouvelle donne. Et, dans ce contexte, le ralentissement est inévitable."
    Mon avis

    L’idée est bien évidemment séduisante, mais il faut pouvoir en accepter les conséquences. Ralentir est souvent synonyme de rentrées moindre ce qui entraîne de nouvelles habitudes de consommation à accepter de mettre en place.
    Mais il me semble également que nous n’aurons pas le choix! Surtout que la technologie amènera beaucoup de métiers à disparaître, il y aura donc moins à faire mais avec une population en augmentation … Et si nous en faisions un peu moins, mais étant tous actifs? A mettre en parallèle avec une réflexion sur l’allocation universelle …