A Minimum Viable Product Is Not a Product, It’s a Process. (Yevgeniy (Jim) Brikman)

Home / Veille / A Minimum Viable Product Is Not a Product, It’s a Process. (Yevgeniy (Jim) Brikman)

A Minimum Viable Product Is Not a Product, It’s a Process. (Yevgeniy (Jim) Brikman)

Extrait
Bien souvent, une équipe met au point un MVP (ndlr: Minimum Viable Product), le teste, et si le résultat est positif, se met à construire le produit final. Le souci, c'est que le concept est mal compris! Un MVP n'est pas un produit auquel on a enlevé du superflu ... En fait cela n'a même pas toujours besoin d'être un produit. Il suffit que cela permette de vérifier que l'idée qu'on a eue solutionne le problème identifié. L'idée du MVP est en fait d'être un process qui va permettre de tester une à une chacune des hypothèses liées au produit/service final qu'on a en tête : les diverses fonctionnalités, le plan marketing, la stratégie de monétisation, ... Donc on identifie l'hypothèse la plus critique, la plus risquée, et on trouve un moyen le plus simple et bon marché possible de la tester. Pour une idée d'application pour restaurants par exemple, l'idée serait de ne pas commencer à coder un semblant d’application puis de voir si des restaurateur l'installent, mais plutôt de valider que les restaurateurs ont besoin/envie d'une application mobile. Par exemple, en dessinant un brouillon sur un papier et d'aller faire le tour des restaurant du coin pour voir ce qu'ils pensent de l'idée. Et peut-être apprendre qu'ils sont plus intéressés par un site web! L'hypothèse critique suivante, serait de savoir s'ils seraient prêts à payer pour un tel service. Donc on va mettre en place un moyen de vérifier cela ... Ensuite, il faudrait voir comment marketer cette idée, donc un nouveau test ... Etc, etc ...
Mon avis

J’aime beaucoup les notions itératives que l’on retrouve dans les préceptes généralement utilisés dans le monde des startups (Customer Development, Lean Startup, …). Et je me dis souvent que les PME feraient mieux de s’en inspirer! (pub éhontée pour mon article inside!)
Par contre, cela requiert un changement d’esprit très important, en particulier pour des personnes au sein d’une .
En effet, il est vraiment difficile de se dire que l’on va approcher son marché, que l’on connait a priori déjà vu qu’on y est déjà actif (au contraire d’une startup!), pour ne lui soumettre qu’une infime partie du produit/service que l’on est en train de développer pour lui … Celui-ci ne risque en effet de ne pas bien comprendre ce qui se passe.
Par exemple, soumettre une stratégie de pricing à son marché pour la tester, puis devoir la changer car elle ne donne pas les effets escomptés pourrait donner une image négative de la PME à ses clients/prospects (« Ils ne savent pas ce qu’ils veulent »).
Je viens d’émettre une hypothèse ‘critique’ … il faudrait la tester ! ;o)